Éphémères : Cette femme qui me…

sans-titre-1

Auteur : collectif
Editions : Homoromance
Sortie : août 2016
Nombre de pages : 112 en epub
Genres : nouvelles, romances lesbiennes

Résumé : Il n’est pas vain de se demander pourquoi le Réseau des lesbiennes du Québec, un organisme en défense collectif des droits, choisit de publier un recueil de nouvelles ayant pour thème la sensualité et la sexualité. L’objectification et l’instrumentalisation de la sexualité entre femmes à des fins de stimulation masculine est décriée depuis déjà des décennies. Cependant, force est de reconnaître que ce phénomène, plutôt que de s’atténuer avec la visibilité sociale plus importante des lesbiennes, n’a fait que s’accentuer avec l’accessibilité de la pornographie sur internet. L’imagerie qui est proposée y est plus souvent qu’autrement superficielle et marquée par un manque de réalisme et d’une physicalité à laquelle on peut rarement s’identifier. Il existe déjà, bien sûr, une littérature érotique s’adressant à la communauté lesbienne et aux femmes de la diversité sexuelle, mais celle-ci n’est souvent disponible qu’en anglais et est d’origine Américaine. Nous souhaitons donc promouvoir le talent de nos membres ainsi que la visibilité des lesbiennes Québécoises.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Je tiens tout d’abord à remercie Homoromance Editions pour ce partenariat. 

J’ai été surprise car si au premier abord, si ce livre est bien un recueil de nouvelles, il est aussi parsemé de poèmes. Comment vous dire que je n’ai pas lu de poèmes depuis mes années lycées… Et si à cette époque, les poèmes je n’appréciais que très peu, ici j’ai trouvé que ça apportait un côté « tendresse » au récit dans son ensemble. Chaque poème est un peu une ode à la Femme. 

Quant aux nouvelles, elles ont toutes un point commun : le sexe. Ce ne sont pas des nouvelles érotiques à proprement parler car chacune est composée d’un minimum d’histoire. Mais le sexe est tout de le même un point central. Les scènes sont décrites sans vulgarité bien qu’explicites.

Si toutes sont très bien écrites et très agréables à lire, la nouvelle qui m’aura le plus touchée est la première : AMIE2323 à HELIE107 de Annie Lemieux. Alphonse de Lamartine, avec sa célèbre citation « Un seul être vous manque, et tout est dépeuplé » résumé très bien cette histoire. La fin de cette nouvelle m’a tellement touché que j’ai même versé une petite larme.. Moi qui ne pleure jamais sur un roman c’est pour dire.

Dans l’ensemble j’ai apprécié ce recueil uniquement composé de femmes. Les poèmes, ont pour moi, été une surprise et un plus très agréable.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Ma note : 4/5

Challenge contre l’homophobie
Gay_flag.svg

Publicités

3 réflexions au sujet de « Éphémères : Cette femme qui me… »

  1. Ping : Bilan lecture #14 août – septembre | Bienvenue dans mon univers fantasy

  2. Ping : Challenge contre l’homophobie édition 2016 – Sur ma table de nuit

  3. Ping : Challenge contre l’homophobie #2 | Bienvenue dans mon univers fantasy

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s